Aller au contenu principal

Ils sont passés à la fibre ! Paroles d'usagers

Depuis 2018, le Département de la Gironde, les communautés de communes et d'agglomération et leurs partenaires construisent pas à pas un réseau de fibre optique de près de 30 000 km qui desservira, à terme, plus de 510 000 foyers et locaux professionnels.

Lutter contre une Gironde à deux débits n'était pas un vain mot.

Aujourd'hui, 216 000 abonnements ont d'ores et déjà été souscrits, soit autant d'usages nouveaux permis ou améliorés. Ce sont les nouveaux fibrés qui en parlent le mieux !

  • La digitalisation du Port-Médoc

    ouvrir
    fermer

    Les équipes ont rencontré Antoine Poinsot, chef du Port-Medoc sur la commune du Verdon-sur-Mer. La fibre permet aux 900 plaisanciers de profiter du Wi-Fi, qui est passé de 30 à 200 mégabits, et garder leurs habitudes comme s’ils étaient chez eux : télé, streaming, navigation internet.

    La fibre offre de nouvelles capacités et outils pour la digitalisation du Port Médoc : échange d’imagerie entre ports, contrôle de la qualité des eaux, de la consommation des flux, contrôle des accès, aide à la décision.

    Le Plan Gironde Haut Méga a permis l’embauche de 70 personnes locales, pour déployer la fibre dans le Médoc.

  • La montée en débit de l'Agora

    ouvrir
    fermer

    Depuis 2014, L’Agora, pépinière d’entreprises à Saint Aubin de Blaye, bénéficie de la fibre optique. En 8 ans, le débit est passé de 4 Mo/s à 100 Mo/s, pour répondre aux besoins des professionnels qui travaillent sur place.

    L’enjeu pour cette pépinière à sa création était de garantir qu’ils pouvaient se donner tous les avantages pour être attractifs.

    L’Agora permet aux 42 entreprises qu’elle accompagne de bénéficier de la fibre qui est indispensable pour leur fonctionnement et accroître leurs activités. La fibre a permis de développer un maximum les usages pour les professionnels : visio-conférences, Fab Lab, impressions 3D, etc. Trois sociétés ont témoigné de l’importance de la fibre dans le choix de leur lieu de travail : l’agence de communication CCBM, Droniz et Lakopro. Toutes ont besoin d’un débit suffisant pour réaliser leurs missions et se développer: transfert et téléchargement de fichiers volumineux, impressions, captation et montage de vidéos, modélisation 3D, utilisation des outils en cloud. La fibre s’est rendu nécessaire pour réaliser leur travail au quotidien.

  • La Cyber-Base face au défi de l'inclusion

    ouvrir
    fermer

    Alors que 40% de la population est en difficulté face aux usages numériques, le défi de l’espace public Cyber-Base de Saint Gervais, en Nord Gironde, est d’accompagner le public pour apprendre ces usages, quel que soit l’âge, le niveau ou la formation. Cet espace met à disposition des ordinateurs en accès libre et des ateliers de bureautique gratuits. La fibre est donc vite devenue indispensable pour répondre aux besoins des bénéficiaires.

    Cyber-Base est devenu un incubateur d’initiatives : le co-working Le Patchwork peut proposer à ses adhérents une connexion internet très haut débit grâce à la fibre optique, le Fab Lab Eco-Lab utilise des imprimantes 3D pour réparer des objets et en recycler et l’association Le Lab Saint Gervais permet aux enfants à partir de 10 ans de découvrir la robotique, l'électronique et la programmation de manière ludique.

  • Le travail d'un prothésiste dentaire facilité

    ouvrir
    fermer

    Jérôme Barraux, dirigeant de la société Entre-Deux Lab basée à Sadirac, voit son quotidien facilité par l’apparition de la fibre dans son entreprise. Son travail est accéléré, l’envoi et la réception des fichiers numériques en 3D (nécessaire pour la création d’une prothèse) ainsi que ses appels professionnels (passant par la Wi-Fi) prennent beaucoup moins de temps à être transférés, une amélioration du confort de travail attendue et maintenant bien réelle grâce au Très Haut Débit.

  • Une usine modernisée grâce à la fibre

    ouvrir
    fermer

    La société Sagne à La Réole, une usine de fabrication de cuisine, a été raccordée à la fibre optique en 2020. Le Plan Gironde Haut Méga avait fait de cette zone d'activité une zone prioritaire pour le raccordement à la fibre optique car les débits y étaient très faibles. Lionel Labrousse, responsable industriel, explique que la fibre est devenue vitale pour faire évoluer l'entreprise. Alors qu'avant son arrivée, les collaborateurs devaient ouvrir leurs emails à tour de rôle, aujourd'hui la fibre leur permet de profiter des nouveaux outils de travail informatiques, de travailler en visio-conférence et d'informatiser les commandes sur internet.

    Côté usine, les bâtiments ont été pré-équipés pour recevoir la fibre, et toutes les machines sont en cours de renouvellement pour les connecter en réseau. La fibre optique a permis la modernisation de l'usine, par exemple par l'installation d'écrans partagés entre les appareils de production pour faciliter le travail. Sagne Cuisine a ainsi pu s'adapter aux nouvelles méthodes de travail, auxquelles les jeunes employés sont déjà formés.

  • Chez Cacolac, de nouveaux usages

    ouvrir
    fermer

    L’entreprise Cacolac à Léognan est raccordable à la fibre optique Gironde Haut Méga. L’arrivée du très haut débit rend possible de nouveaux usages, parmi lesquels la dématérialisation des factures et l’automatisation et la mise en ligne des machines. CACOLAC est une société française, indépendante et familiale dirigée par Christian Maviel, descendant de la famille fondatrice. Elle emploie aujourd’hui 51 collaborateurs et produit chaque année plus de 50 000 000 de bouteilles et canettes dont 20 000 000 de boissons lactées dédiées à sa marque.

  • L'école numérique

    ouvrir
    fermer

    La démarche « école numérique » comprend :

    • un diagnostic technique des écoles,
    • un conseil aux équipes pédagogiques et aux élus,
    • un groupement de commandes de matériel et suivi de l’installation.

    Ainsi, depuis avril 2020, l’école Paul Bert de Sainte-Foy-la Grande a bénéficié de 15 ordinateurs portables, 2 ordinateurs fixes avec écran, 2 valises mobiles de 6 tablettes Windows 10 et 12 packs VPI (vidéos projecteurs interactifs), dont 3 seront installés lors des prochaines vacances scolaires de la Toussaint.

    Le coût de ces équipements est de 32 187 euros. Grâce au groupement de commande réalisé par Gironde Numérique, environ 50% du coût de ces installations est assuré via des financements du Fonds Européen de Développement Régional (FEDER).

    Ce projet a aidé 180 collectivités pour un investissement global de 2,7M€ (donc 1.35M€ de financement direct FEDER). Gironde Numérique a réalisé plus de 240 commandes pour des collectivités sur la période 2018 – 2022.